dimanche, mars 3, 2024

À ne pas manquer

Cannabis et Parkinson : le CBD est-il vraiment efficace ?

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui détruit progressivement certains neurones du cerveau. S’il est relativement bien connu des médecins et si des traitements existent, aucun d’entre eux ne peut le traiter à ce jour. Pire, certains provoquent de lourds effets secondaires, s’ajoutant au symptôme de la maladie.

Parmi ces symptômes, certains semblent pouvoir être soulagés par la prise de cannabidiol (CBD). C’est ce qui pousse la communauté scientifique à s’intéresser potentiel du CBD dans le contexte de la maladie de Parkinson. Cet article passe en revue les opportunités offertes par le CBD ainsi que les résultats des premières études sur le sujet.

Pourquoi envisager le cannabis CBD pour lutter contre la maladie de Parkinson ?

tremblement maladie de parkinson min

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative se traduisant notamment par des tremblements

Avec 200 patients en France et 25 nouveaux cas diagnostiqués chaque année, la maladie de Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente, derrière la maladie d’Alzheimer. De mieux en mieux soignés, ces patients n’ont à ce jour aucun espoir de guérison définitive et doivent apprendre à vivre au quotidien avec des symptômes lourds qui évoluent au fur et à mesure que la maladie progresse.

Principaux symptômes de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson compte trois principaux symptômes. La présence d’au moins deux d’entre eux est nécessaire pour poser un diagnostic :

  • Tremblements au repos,
  • Rigidité musculaire,
  • Ralentissement des mouvements (akinésie),

De plus, d’autres symptômes peuvent leur être associés :

  • État dépressif,
  • Désordres digestifs,
  • Fatigué,
  • Troubles du sommeil,
  • problèmes de mémoire,
  • troubles de l’attention,
  • fatigue avancée,
  • Perte partielle de l’odorat,
  • Perte de poids.

Traitements et limites de la maladie de Parkinson

limites minimales de traitement parkinson

Les traitements de la maladie de Parkinson agissent sur la zone du cerveau qui contrôle les mouvements

La disparition progressive de certains neurones caractéristiques de la maladie de Parkinson entraîne une diminution de la production de dopamine par le cerveau. Or, ce neurotransmetteur est directement impliqué dans la bonne communication des neurones entre eux dans une région du cerveau impliquée quant à elle dans le contrôle des mouvements (ce qui explique les troubles moteurs observés).

Les médicaments actuels pour la maladie de Parkinson visent donc à rétablir les niveaux de dopamine plus près de la normale. Selon les traitements, il peut s’agir d’un précurseur de la dopamine (qui est ensuite transformée en dopamine par l’organisme), d’une substance proche qui agit comme la dopamine (on parle d’un agoniste) ou d’une substance tierce qui ralentit la dégradation de la dopamine produit naturellement.

Indispensables pour ralentir la maladie, ces traitements s’accompagnent néanmoins deeffets secondaires parfois lourds, qui s’ajoutent aux symptômes déjà causés par la maladie. Parmi eux figure un risque de mouvements anormaux involontaires, nausée, troubles du comportement et un tendance à la dépendance (jeu, hypersexualité, achats compulsifs, etc.).

Opportunités du cannabis CBD dans le contexte de la maladie de Parkinson

Ceux qui connaissent déjà les effets du CBD auront reconnu dans les symptômes comme dans les effets secondaires des traitements contre Parkinson plusieurs troubles qui peuvent être soulagés par l’action de la molécule de CBD sur l’organisme humain. C’est notamment le cas de troubles du sommeil, états anxieux ou dépressifsMais aussi rigidité musculaire. Autant de pistes qui justifient de s’y intéresser de plus près potentiel du CBD dans la lutte contre la maladie de Parkinson.

CBD et Parkinson : état de la recherche

cannabis cdb parkinson min

Présent dans les fleurs de cannabis, le CBD pourrait soulager certains symptômes de la maladie de Parkinson

La recherche sur l’utilisation du cannabidiol dans la maladie de Parkinson en est encore à ses débuts. En d’autres termes, nous n’avons pas presque pas de recul sur l’utilisation à long terme du cannabis CBD pour les patients atteints de la maladie de Parkinson. Il est donc très compliqué de se forger une opinion objective sur la question. Néanmoins, quelques études existent et ont montré des résultats intéressants. Les résultats sont néanmoins à nuancer et devront encore être confirmés à grande échelle puisque les groupes étudiés sont généralement de très petite taille.

Cannabis et Parkinson : avis d’expert

  • tremblements: typiques de la maladie de Parkinson et parfois aggravés par les traitements, les tremblements pourraient être atténués par la consommation de cannabis CBD. C’est en tout cas la conclusion d’une (petite) étude menée en 1986 déjà [link in English]. Cependant, à fortes doses (>300 mg/jour), le CBD pourrait à nouveau aggraver les tremblements.
  • Psychose : une étude de 2009 [link in English] a montré une diminution significative des symptômes psychotiques liés à la maladie de Parkinson chez les patients atteints de la maladie de Parkinson traités au CBD. Aucun effet secondaire n’a également été observé.
  • Qualité de vie : une étude de 2014 évoquait enfin un possible effet positif du CBD chez des patients parkinsoniens sans comorbidité psychiatrique, avançant des résultats significativement différents de ceux obtenus avec un placebo. Encore une fois, l’échantillon reste malheureusement trop restreint pour en dire plus.

Prendre de l’huile de CBD pour la maladie de Parkinson

L’huile de CBD est sans aucun doute l’un des produits dérivés du cannabis légal les plus pratiques à utiliser et à doser. Disponible en flacon ou en gélules, il peut être facilement avalé, même si la personne est dérangée par des tremblements. Si l’on considère la consommation de CBD dans le contexte de la maladie de Parkinson, il convient cependant de répéter que l’action directe du cannabinoïde sur la maladie n’a pas encore été prouvée. Les nombreuses qualités du CBD, en revanche, semblent adaptées à la réduction de certains des symptômes directs de la maladie ainsi que de certains effets secondaires de ses traitements conventionnel.

Le CBD doit donc être considéré pour ce qu’il est : pas un traitement, mais un espoir de retrouver, sans risque connu et à moindre coût, un meilleur confort de vie du quotidien. Avant de commencer, demandez toujours leConseils d’un spécialiste de la maladie de Parkinson. Il saura vous conseiller, vous aider à trouver la posologie adaptée et prévenir les risques d’interactions médicamenteuses avec tout traitement déjà en place. Il est en effet conseillé de ne pas prendre de CBD en même temps que des médicaments. L’espacement des prises est donc le minimum à respecter.

Quelle dose de CBD pour la maladie de Parkinson ?

La réponse de Norman, sans doute, mais néanmoins honnête : ça dépend. Tout d’abord parce que nous réagissons tous différemment au CBD (pour des raisons génétiques et environnementales). Ensuite parce qu’une dose de CBD peut être suffisante pour un malade de Parkinson à un stade relativement précoce de la maladie, mais pas pour un autre, plus avancé dans son évolution. En attendant les recommandations officielles, trouver le dosage idéal nécessite donc des tâtonnements jusqu’à trouver le bon.

La FFGP (Fédération française des groupes parkinsoniens) recommande néanmoins des doses relativement élevées, comme pour les maladies apparentées dont la sclérose en plaques. Pour un individu de 60 kilogrammes, cela représente une dose quotidienne entre 14 et 75 milligrammes. Pour une personne pesant 80 kilogrammes, la posologie augmente entre 17 et 105 milligrammes.

Dans tous les cas, il est recommandé de commencer par la dose la plus faible et D’être cohérent : les effets peuvent mettre plusieurs jours/semaines à s’installer réellement. S’ils ne sont pas assez marqués, il est temps d’augmenter progressivement jusqu’à l’obtention des effets recherchés. Dans tous les cas, il est recommandé de consulter le docteur pour vérifier que la prise de CBD n’interfère pas avec le traitement conventionnel.

Articles populaires